Fiche repère INCa

Traitements hormonaux de la ménopause et risques de cancers : l'INCa actualise les connaissances

inca inca  

A l’occasion de la publication de la nouvelle fiche repère "Traitements hormonaux de la ménopause et risques de cancers", l’Institut national du cancer (INCa) fait le point sur les THM et revient notamment sur leur utilisation et le risque de survenue de cancers du sein, de l'ovaire, colorectal et de l'endomètre.

 

Dans un souci d’accompagnement et d’information des professionnels de santé et des femmes, l’INCa rappelle que les THM ne sont pas à visée préventive et ne doivent pas être prescrits systématiquement. Ils sont réservés aux femmes qui souffrent de troubles du climatère et dont la qualité de vie est altérée au moment de la ménopause. La dose minimale efficace et une durée la plus courte possible sont préconisées, dans le respect des précautions d’emploi et des contre-indications.

 

L’Institut national du cancer rappelle les recommandations faites en mai 2014 par la commission de la transparence de l’HAS :

  • Bien peser l'intérêt du THM eu égard aux symptômes et à leur impact sur la qualité de vie de la patiente ;
  • Prescrire ces traitements dans le respect de leurs contre-indications, en particulier concernant le risque thromboembolique et le cancer du sein, dans le respect des recommandations de l'ANSM.

L’Institut national du cancer précise également que :

  • Quelle que soit l’indication, avant d’initier ou de réinstaurer un THM, un examen clinique et gynécologique complet doit être effectué. Le femme devra au préalable être informée des risques de cette prise de traitement et, le cas échéant, bénéficier d’une réévaluation régulière au moins une fois par an.
  • Le THM est contre-indiqué en cas de cancer du sein connu ou suspecté, ou d’autres tumeurs estrogéno-dépendantes connues ou suspectées (par exemple, cancer de l'endomètre).
  • L'utilisation d’un THM chez les patientes présentant des antécédents d’accident thromboembolique veineux ou un état thrombotique connu nécessite une réévaluation attentive du rapport bénéfice/risque.
  • Le THM est contre indiqué dans les situations suivantes : hémorragie génitale sans diagnostic établi, accident thromboembolique artériel récent ou en évolution, affection hépatique aigue ou chronique, ou antécédents d’affection hépatique, jusqu’à la normalisation des tests hépatiques, hypersensibilité aux principes actifs ou à l’un des excipients.

Vous pouvez commander gratuitement ou télécharger la Fiche Repère "Traitements hormonaux de la ménopause et risques de cancers" sur le catalogue en ligne de l'Institut national du cancer.

En savoir plus sur le lien entre prise de THM et survenue de cancers

L'INCa vous propose un contenu synthétique résumant l'état des connaissances actuelles sur ce sujet dans sa rubrique "Prévention - les traitements de la ménopause - Espaces professionnels de santé" et met à la disposition des femmes concernées un "Espace d'information Grand Public".

Dernière mise à jour : Mardi 17 mars 2015