Traitements

En savoir plus

 

Les traitements ont pour objectif de détruire la tumeur et les cellules cancéreuses, ralentir l’évolution de la maladie, réduire le risque de récidive, augmenter la durée de vie ou améliorer la qualité de vie des patients.

 

La pratique de ces traitements en cancérologie est réglementée dans les établissements de soins depuis 2009. Ils doivent posséder une autorisation, délivrée sous certains critères, pour traiter les malades atteints de cancer.

 

Les traitements du cancer

La chirurgie des cancers permet de confirmer le diagnostic d’un cancer ou de retirer une tumeur localisée, il s’agit d’un traitement local. La chirurgie a trois principaux objectifs :

  • Enlever, si possible totalement, la tumeur
  • Supprimer ou réduire les conséquences négatives des traitements (chirurgie palliative)
  • Reconstruire, réparer les organes supprimés ou abimés (chirurgie réparatrice)
     

La radiothérapie est également un traitement local qui utilise les rayons pour détruire les cellules cancéreuses dans une zone précise. 

Il existe 3 types de radiothérapie :

  • Radiothérapie externe (rayons émis à travers la peau)
  • Curiethérapie (injection de billes au niveau de la tumeur en limitant les effets sur les cellules saines)
  • Radiothérapie métabolique (injection de radioéléments directement à l’intérieur des cellules que l’on veut atteindre)

 

La chimiothérapie est un traitement médicamenteux administré par intraveineuse ou par voir orale. Elle est utilisée dans 75% des cancers et, contrairement à la chirurgie ou à la radiothérapie, permet de détruire des cellules dans l’ensemble du corps.  La chimiothérapie dite adjuvante est utilisée après une chirurgie pour réduire le risque de récidive et détruire les cellules qui n’auraient pu être retirées.

 

Au-delà de ces  traitements médicaux, il existe également des thérapies ciblées. Ce sont des médicaments qui ciblent spécifiquement une protéine ou un mécanisme impliqué dans le développement de la tumeur.

 

  • L’hormonothérapie est utilisée pour combattre certains cancers appelés « hormonodépendants ». L’objectif est de supprimer l’activité hormonale qui peut, dans le cas du cancer du sein ou de la prostate, entretenir la multiplication des cellules cancéreuses.

 

  • L’immunothérapie n’est, pour le moment, applicable qu’à une minorité de cancers. Son objectif est d’aider l’organisme à moduler ses défenses immunitaires pour combattre les cellules cancéreuses. Pour en savoir plus sur les solutions thérapeutiques de soins du cancer, consultez le site de l’INCa.

 

La Recherche clinique et les innovations thérapeutiques

De nouveaux anti cancéreux ou de nouvelles associations de traitements connus sont régulièrement testés pour améliorer l’efficacité thérapeutique et les conditions de soin.

 

Les médecins, aidés notamment des attachés de recherche clinique (ARC), participent à la découverte des protocoles de traitements de demain, plus adaptés, mieux ciblés, moins risqués.

 

Cette recherche clinique est permise grâce aux patients ayant acceptés de participer à des « essais cliniques» lors de la proposition thérapeutique faite au cours de la RCP.

 

Consulter la rubrique Recherche Clinique pour en savoir plus.

 

Les effets indésirables des traitements anticancéreux

Grâce aux avancées de la recherche, aux « innovations thérapeutiques », les traitements sont de plus en plus ciblés et performants. Cependant, l’administration de certains médicaments peut entrainer des effets indésirables, très variables d’un individu à l’autre.

 

Le RRC ONCO Nord - Pas-de-Calais a initié avec des infirmières, des médecins, les 3C, l’OMEDIT (Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des innovations Thérapeutiques), un groupe de travail régional afin d’élaborer des fiches conseils par traitement anti-cancéreux pour la prise en charge des effets indésirables en réponse aux besoins des patients et des professionnels de santé de premier recours (médecins traitants, IDE libéraux, etc)

 

 

 

Dernière mise à jour : Lundi 27 juillet 2015